Les 60 ans du mouvement des Focolari

5 membres du groupe des Focolari de notre diocèse ont pu vivre cet anniversaire à Athis Mons, une belle expérience de partages fraternels et d'action de grâce le temps d'un week-end !

Nous sommes plusieurs du diocèse, jeunes et moins jeunes à nous rencontrer chaque mois autour de la Parole de Vie. C'est une lettre qui nous guide à la lumière de l'Evangile et nous donne des pistes de comportements, d'attitudes à avoir pour être au plus proche de cette Bonne Nouvelle ! « soyez bons les uns envers les autres, ayez du coeur, pardonnez-vous mutuellement comme Dieu vous a pardonné en Christ » nous dit la Parole du mois de novembre, quel beau programme si chacun essayait pour une société plus solidaire et dirigée vers les petits !

 

D'où vient cette Parole de vie qui guide des milliers de personnes sur la terre

( 182 pays sont concernés par ce mouvement) ?

Il y a 70 ans une jeune instit Chiara LUBICH se dit « comme il serait bon de trouver un moyen pour plus d'unité entre les peuples, entre nous, entre les religions... »

Avec quelques autres femmes elle lance le mouvement des Focolari en Italie, 10 ans plus tard il arrive en France par le biais des prêtres de Chambéry, Grenoble et Bari et des travailleurs italiens qui s'installent en France. Des groupes se créent, la spiritualité de ce mouvement attire «  le chemin de l'unité nous l'avons en nous,focolare ou pas il suffit de le transmettre » dira un témoin ; Tous peuvent adhérer au mouvement: prêtres, religieux, laïcs, familles...

Il était donc important que nous soyons ce week-end à Athis-Mons pour fêter dignement ces 60 ans de présence focolari dans notre pays. Nous étions 900 de toute la France à avoir fait le déplacement pour deux jours de rétrospective, de missions pour l'avenir et de joie.... Un rassemblement pour découvrir le mouvement pour les nouveaux, approfondir les liens qui nous unissent et rendre grâce !

 

Arrivés le dimanche matin, à l'aide de diaporamas, d'images d'époque et de témoins on nous retrace le parcours des focolari depuis 1953 !

On écoute Marie-Aimée, René, Céline,François qui chacun de générations différentes témoignent de ce que leur a apporté le mouvement.

L'une redit sa conviction qu'avec Jésus on peut refaire un pas vers l'autre, vers celui qu'on n'apprécie pas pour reconstruire l'unité.

Le second a découvert l'Evangile à 20 ans, et comprend lors d'un rassemblement du mouvement focolari qu'il faut vivre chaque jour cet Evangile et devient volontaire c'est à dire s'engage à suivre Jésus en totalité.

La plus jeune déclare très vite qu'elle est agnostique, sa mère fait partie du mouvement des focolari. L'adolescence n'est pas une période facile et elle rencontre beaucoup de difficultés à traverser cette période, elle est défaitiste et trouve que l'Homme n'est pas bon ! C'est en assistant à l'une des réunions mensuelles d'un groupe focolari qu'elle se retrouve, on l'écoute, personne ne la juge et du coup elle s'inscrit au Genfest à Budapest en 2012, elle ne sait pas ce qui l'attend mais tente l'aventure... Elle rencontre et discute avec des gens de toute confession et trouve depuis chez certains êtres une même humanité

Pour François, entrepreneur et inventeur, c'est une vidéo qui nous transmet son message, à l'origine de l'économie de communion n'a qu'une phrase à partager « plus tu donnes, plus tu reçois, l'économie du don c'est simple et c'est TOUT !

 

Une même flamme anime ces témoins, l'Esprit Saint n'est pas loin et les a visités !

 

La matinée s'est ainsi déroulée, entre chants et témoins, entre rétrospectives et vidéos pour retracer le parcours d'un mouvement dont Chiara n'avait pas mesurer l'ampleur qu'il prendrait !

 

Après le repas, il est temps d'évoquer le présent et l'avenir avec Gwenaëlle et Henri Louis, responsable du mouvement pour la France

ils annoncent le thème d'année «  l'amour réciproque »

Un sketch à la Devos sur « l'un et l'autre » nous aide à réaliser qu'il est difficile de vivre l'un sans l'autre ! Et qu'il serait bon de vraiment nous aimer les uns, les autres !

 

Notre mission si nous l'acceptons est de faire « de l'amour réciproque un pilier que nous remettrons à l'honneur pour les 70 ans du mouvement. Et cet amour réciproque il nous faut le mettre au service des autres, se présenter comme évangélisateur et missionnaire pour permettre aux hommes de rencontrer Dieu ! Rien n'est facile c'est un engagement avec Dieu, un amour comme dans la Trinité où il faut d'abord vivre entre nous les relations trinitaires » Maria Voce ( celle qui a succédé à Chiara en 2008) demande de renverser la pyramide. A l'image du pape François elle souligne qu'il ne faut pas mettre en avant la hiérarchie, qu'il faut sortir de nos périphéries ( que le plus petit et pauvre soit au coeur de nos actions) et remettre Dieu au centre de notre vie.

Osons écouter ce que demande l'humanité et avec la grâce de Dieu, avançons pour qe TOUS SOIT UN.

 

Concrètement, il faut aussi revoir nos structures a expliqué Gwenaëlle et c'est pourquoi dans le monde un souffle nouveau de l'oeuvre va permettre d'alléger les structures et être plus proches des gens, être davantage au service des réalités locales.

6 défis sont lancés au mouvement des focolari en France :

  • renouvellement des générations

  • place des familles dans la mariapoli, dans les week-end avec des programmes communs parents et enfants

  • insertion dans l'Eglise

  • le dialogue inter-religieux et interculturel

  • économie de communion

  • visibilité culturelle et de communication

 

Le lendemain d'autres témoins sont venus conforter les troupes sur ces défis et montrer que déjà des actions étaient menées et réalisables

Claire nous a enchantés avec ses festivals à Cannes qui sont des partages entre les différents chefs religieux et qui chaque année rassemble davantage de gens.

Anouk nous a prouvés qu'il fallait croire ne l'économie de communion et que 80 entreprise de par le monde croit en cet engagement humain et spirituel !

La matinée s'est achevée avec la messe présidée par Mgr Michel Dubost qui lui aussi nous a dit son appartenance au mouvement et ce que ce dernier lui avait apporté. Pour ces deux jours nous avons rendu grâce et prié pour être là de nouveau dans 10 ans plus nombreux....

 

 

 

 

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié Samedi 16 novembre 2013 • 1740 visites

keyboard_arrow_up