''Ensemble pour l'Europe'' de Stuttgart à l'UNESCO

Le 8 mai 2004 à l'UNESCO, plus de 1000 personnes de mouvements de diverses confessions chrétiennes et des nouvelles communautés se sont rassemblées pour vivre une journée ''Ensemble pour l'Europe''

Drapeaux Drapeaux   Cette rencontre européenne oeucuménique a rassemblé plus de 100 000 personnes dans 153 villes d'Europe et du monde, avec le slogan : ENSEMBLE POUR L’EUROPE. La ville pivot choisie de cette rencontre a été Stuttgart, ville qui accueille ce 8 mai 2004 Romano PRODI (président de la Commission Européenne), Andréa RICCARDI (fondateur de la Communauté San Egidio), Pavel FISHER (ambassadeur de la République Tchèque en France), ainsi que Chiara LUBICH (fondatrice et présidente du mouvement des Focolari) mais aussi bien d’autres intervenants…

 

L’Europe… L’Europe a été fondée il y a plusieurs années sur l’initiative de d’hommes politiques et chrétiens tels que Robert SCHUMAN ou encore Jean MONNET. Ils avaient pour but de créer une Europe unie et pleine de valeurs communes et partagées par l’ensemble des pays.

 

Cour de l'Unesco Cour de l'Unesco   Aujourd’hui, à Paris nous nous réunissons à l’UNESCO afin de vivre tous ensembles (153 villes ensemble !) l’avenir de l’Europe. Ainsi, divers mouvements chrétiens (protestants, orthodoxes et catholiques) se sont présentés, des mouvements présents partout dans le monde : Fondacio : la vocation première est de susciter des disciples - Équipe Notre Dame : couples placés sous la protection de Marie qui vivent des points concrets d’effort (lecture de la Parole, Prière individuelle, Prière conjugale, règle de vie, devoir de s’asseoir pour discuter des soucis, et Retraite) – Communauté de l’Emmanuelle : "Dieu avec nous" est leur principale vocation ainsi que l’appel à la Sainteté dans la vie quotidienne – Tibériade : fondé par Monseigneur LUSTIGER pour les sidéens, il s’agit d’un lieu d’accueil et d’écoute de toute personne sans jugement, sans question. Il s’agit donc d’un partage d’espérance car Dieu est Miséricorde – Macadam Café : la règle principale est "il posa son regard sur lui et il l’aima". Des jeunes vont à la rencontre des gens de la rue et ils partagent ensemble des moments de joie mais aussi des moments de tristesse. Un paradoxe, ce sont les jeunes qui disent MERCI aux gens de la rue ! – Témoignage d’un médecin des urgences : accueil sans jugement et écoute car bien souvent ce sont des personnes en détresse psychologique et/ou sociale – Arche : communauté fraternelle et institutionnelle, il s’agit d’un travail auprès des personnes handicapées avec dans le cœur, des signes d’espérance, une alliance, une unité et la réconciliation – Économie de communion : c’est le don et le partage tant au niveau individuel qu’aussi au niveau industriel. Ainsi, aide aux personnes qui manquent du nécessaire et développement de structure pour le don. Nous sommes tous enfants du même père, nous sommes donc tous frères, nous ne pouvons donc pas laisser notre frère dans le besoin – Foi et lumière : c’est un lieu d’accueil pour les personnes handicapées. Cette communauté montre le droit à l’existence ! – Chemin neuf : unité de la personne, unité dans le couple, unité entre les races, unité entre riches et pauvres, unité entre toutes les confessions. Engagés à la suite du Christ, nous sommes tous au service de l’unité, paix et évangélisation –Jeunesse Mariale : mouvement ouvert à tous dont le but est de découvrir les signes de la présence de Jésus en se mettant au service des autres. EN trois mots, Vivre, Contempler et Servir – San Egidio : fondé par A. RICCARDI, ce mouvement est au service des plus pauvres. Il faut ouvrir son cœur pour donner un regard nouveau. Au service des plus pauvres des villes d’Afrique grâce à des liens d’amitié car le dialogue renforce l’aide… En Europe (et même dans le monde) croire en la Paix quelque soit notre confession – Pain de Vie : c’est la mise en commun des ressources et le service des pauvres et des enfants pour les éduquer et leur apprendre des valeurs sous le regard de Dieu – Focolari : ce feu italien a été créé en 1943 par C. LUBICH. "Existe-t-il un idéal qui vaille la peine de vivre". La réponse fut vite trouvée, Dieu. Il s’agit de la mise en pratique de l’Évangile. Notre amour pour le christ nous invite à aller à la rencontre des autres. La règle du mouvement, la règle d’or

 

Ne fait pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse,
 mais fait aux autres ce que tu veux qu’on te fasse
.

 

Corégraphie Corégraphie   Entre ces divers mouvements, des artistes, de talents, nous ont proposés une chorégraphie, une musique, une chanson, un mime… à tous bravo et merci pour ces moments de joie partagée !

Tous ces mouvements, déjà existants, doivent continuer. Mais aujourd’hui, il faut continuer notre chemin. Comment ? Quelques pistes nous ont été lancées. A nous de les saisir !

 

La guerre en Europe signifiait autrefois guerre mondiale, aujourd’hui espérons et prions ensemble pour que la paix en Europe soit la paix mondiale. Chacun de nous détient un don, un don reçu de nos différents mouvements, nos différents chemins… alors, mettons au service de l’Europe, mais peut-être en premier lieu dans nos villes, nos départements, mettons nos dons en commun car être chrétien en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, ou dans l’un des 22 autres pays de l’Europe, c’est être chrétien européen, c’est donc être citoyen du monde. "C’est le cœur de l’homme qui montre son visage !" Nous ne devons pas vivre et nous ne pouvons pas vivre pour nous-mêmes car "Jésus est mort pour que les vivants vivent pour celui qui est mort et non plus pour eux" (Saint Paul). Ainsi, l’Europe ne peut pas vivre pour elle-même, un mot : Solidarité. De plus, l’Europe doit être l’Europe de la Paix, la paix mondiale… propos de A. RICCARDI.

La vocation de l’Europe est la Paix. Cela nécessite un grand projet politique, mais nous avons besoin de l’Esprit. Nous avons comment le nourrir ! Pour être citoyen européen, il ne faut pas mettre notre foi entre parenthèses. L’Europe n’a pas envie de dominer mais de s’asseoir à la table, la table du partage…

La paix et le droit sont possible…

Message du président de la Comission Européene Message du président de la Comission Européene   Mais il existe un grand fossé Nord/Sud. Elle doit donc s’impliquer plus encore et gagner le combat contre la guerre, contre le terrorisme, contre le SIDA, contre la pauvreté. L’Europe ne peut penser son avenir sans penser l’avenir des pays du Sud. Pour cela, il faut reconnaître les droits de l’autre, nous réconcilier, et vaincre la peur… L’antidote de la peur, c’est la Foi ! L’Europe est déjà unie par des racines communes, maintenant, elle doit vivre d’un seul cœur… propos de R. PRODI.

 

Vous pouvez retrouver l’ensemble des interventions à l’UNESCO sur le site

         http://europe.2004.free.fr/

Et celles de Stuttgart sur le site

         http://www.europ2004.info/index_uk.php

 

  

Ensemble pour l’Europe

Message du Rassemblement

 

(En allemand – Lu par Helmut Nicklas, YMCA de Münich)

Salle Salle   L’Europe en est arrivée à un tournant de son existence, qui sera décisif pour son avenir ; elle ne peut en effet se limiter à un marché ou une union garantissant la sécurité de ses habitants. On perçoit un nouveau souffle de l’amour de Dieu sur tous les peuples de l’Europe qui la pousse à être beaucoup plus.

 

 

Continent aux beautés les plus diverses, elle a vécu des moments de splendeur et de croissance, mais a éprouvé aussi l’amère vérité que, sans référence à des valeurs profondes, l’homme se trouve arraché à son humanité et se révèle capable d’atrocités.

 

Au siècle dernier, les deux guerres mondiales, les camps de concentration, le goulag et, d’une manière particulière, la Shoah, furent les signes des ténèbres qui se sont abattues sur notre continent, avec de douloureuses répercussions dans le reste du monde. Actuellement, marginalisations, injustices et exploitations de toutes sortes ainsi que la plaie du terrorisme réclament une solution.

 

Cependant, malgré tous ces maux, nous constatons aujourd’hui avec gratitude que s’affirme une Europe réconciliée. Une Europe libre et démocratique.

 

(En italien – Lu par Andrea Riccardi, Communauté Sant’Egidio)

Animés par la force rénovatrice de l’Évangile, nous nous sentons appelés à travailler pour un continent uni et varié.

Nous qui sommes réunis ici à Stuttgart des quatre coins du continent et qui appartenons à plus de 150 mouvements et groupes de différentes Églises et communautés chrétiennes, nous voulons témoigner la nouveauté de la communion qui grandit entre nous, sous l’action de l’Esprit.

Cette communion de vie est un ultérieur résultat des traditions culturelles qui, à la lumière de la révélation judéo-chrétienne, ont édifié notre continent au cours des siècles. Nous offrons cette communion comme notre contribution à une Europe capable de répondre aux défis de notre temps.

 

 

(En Français – Lu par Marie-Christine de Roberty, Équipes Notre-Dame)

Les charismes, les dons de Dieu, nous poussent sur la voie de la fraternité universelle, qui est pour nous la vocation la plus profonde de l’Europe. La fraternité n’est autre que l’amour évangélique vécu entre tous, toujours renouvelé, en commençant ici et maintenant.

 

La fraternité :

Est : Partage de biens et de ressources ;

Égalité et liberté pour toutes et pour tous ;

Approfondissement du patrimoine culturel commun ;

Ouverture à ceux qui sont porteurs d’autres cultures et d’autres traditions religieuses ;

Amour solidaire avec les plus faibles et les plus pauvres de nos villes ;

Sens profond de la famille ;

Respect de la vie tout au long de son parcours naturel ;

Souci de la nature et de l’environnement ;

Développement harmonieux des moyens de communication.

 

Par cette fraternité vécue, l’Europe devient elle-même message de paix ; une paix active, qui se construit au quotidien, avec à la base le pardon accordé aussi bien que demandé. Une paix qui veut construire des ponts entre les peuples, “ mondialisant ” la solidarité et la justice.

 

(En anglais – lu par Kitty Artuthnott, Cours Alpha)

Ce message, loin d’être une simple déclaration d’intentions, veut témoigner une réalité encore à ses débuts mais déjà bien présente parmi nous.

 

Réunis à Stuttgart et en même temps dans plus de 150 villes du continent, nous voulons travailler avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté pour une Europe de l’amour et de la fraternité, consciente de ses responsabilités et ouverte au monde entier.

 


[1]           Déclaration Schuman, Ministre des Affaires étrangères de la France, dans le salon de l’horloge du Quai d’Orsay, le 9 mai 1950.

 

 

 

Article publié par Jérôme CLARYSSE • Publié Lundi 10 mai 2004 • 5863 visites

keyboard_arrow_up